03 octobre 2006

La privatisation de GDF franchit l'étape de l'Assemblée nationale

SGE

SGELe projet de privatisation de GDF franchit mardi l'étape de l'Assemblée nationale avec son vote solennel par les députés, au terme de trois semaines de débats âpres, avant l'ultime épreuve du Sénat à partir de la semaine prochaine. L'issue du vote en fin d'après-midi ne fait pas de doute, sauf surprise de dernière minute, une large majorité des élus UMP s'étant ralliée à ce texte qui ouvre la voie à la fusion du groupe gazier avec Suez. Ce qui sera examiné avec attention en revanche, c'est le vote des quelques irréductibles UMP qui, à l'instar de Dominique Paillé (sarkozyste), Jean-Paul Anciaux ou Nicolas Dupont-Aignan, voteront contre, en dépit des appels du gouvernement et de Nicolas Sarkozy à faire preuve d'unité sur ce dossier. D'autres, comme le président UMP de la commission des Finances Pierre Méhaignerie, pourraient choisir de s'abstenir. Le président du groupe UMP, Bernard Accoyer, s'attend à une dizaine de votes contre et des abstentions. Les socialistes et les communistes, qui pendant trois semaines ont combattu le projet de loi avec le dépôt de plus de 130.000 amendements - un record sous la Ve République -, voteront comme un seul homme contre. A l'UDF, une majorité des députés devraient faire de même.

Au même moment, ce sera la mobilisation des syndicats CGT, FO, CFTC, CFE/CGC et Unsa de l'énergie, hostiles à la fusion GDF/Suez, qui ont appelé à une journée d'action nationale avec arrêts de travail et manifestation nationale à Paris. Le parcours parlementaire du texte, pour lequel l'urgence a été déclarée (une lecture dans chaque assemblée), se poursuivra à partir de mardi prochain au Sénat.

Posté par Nassim90 à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La privatisation de GDF franchit l'étape de l'Assemblée nationale

Nouveau commentaire